Accueil / Street food,​ street art, Tinder, street marketing… La culture de rue en 2016

Street food,​ street art, Tinder, street marketing… La culture de rue en 2016

Le street marketingTM puise ses fondements dans la culture de rue, le street art … La revue CNRS des cahiers européens de l’imaginaire, crée un numéro spécial sur la rue, où le chercheur à l’Université de San Diego en Californie, Marcel Saucet, a publié un article scientifique, avec le professeur Bernard Cova.

La Rue, Dr Marcel Saucet

‘La Rue’ des cahiers européens de l’imaginaire sur le street marketing

Analyse:

Toute époque a ses hauts lieux, toute société se rassemble autour de certaines surfaces privilégiées, toute culture s’incarne en des espaces bien distincts. Cavernes, pilotis, catacombes, agoras, amphithéâtres, chemins de crêtes et anfractuosités, chemins des villages et avenues des villes, terrasses des cafés et passages, écrans des médias : longue est la liste des formes qui accueillent, au fil des siècles, nos diverses manières d’habiter le monde. Comprendre ces dimensions primordiales de la vie est un enjeu fondamental pour qui souhaite saisir l’imaginaire qui préside à chaque condition historique – ses pratiques et ses mythes, ses rêves et ses hantises, ses mots incantatoires et ses fétiches. Qu’en est-il de notre époque ? Quelle est la matrice spatiale prédominante de notre sensibilité collective ? Dans quel lieu la société vient-elle se reconnaître ? Si la “grand place” a été le berceau de la modernité occidentale, où peut-­on trouver son équivalent contemporain ?

Artistes, designers et sociologues en font l’expérience chaque jour ; romanciers, photographes et réalisateurs s’en inspirent sans cesse ; chercheurs de tendances, architectes et publicitaires l’ont compris depuis longtemps ; les éclats de la mode, luxe et underground confondus, sont sa caisse de résonance : c’est dans la rue que semblent prendre place à la fois les changements culturels, les vibrations émotionnelles et les grouillements sociétaux les plus marquants de ce début de millénaire.
Le succès des nuits blanches et des défilés urbains, de la Love parade à la Techno parade en passant par la Gay pride, en montrent l’aspect festif ; la vitalité des marchés, des vides greniers et des brocantes comme le retour aux rues commerçantes aux dépens des centres commerciaux soulignent la synergie qu’elle sécrète entre le commerce des affects et celui des biens ; la prolifération du s​treet food,​ des pique­-niques, des dîners en blanc et d’autres manières de manger en marchant la transfigurent en table à ciel ouvert ; le triomphe du street art, du hip hop et du rap sont les signes flagrants de sa puissance esthétique entre joie de vivre, anomie et subversion ; la géolocalisation, les réseaux sociaux et les “street views”, ainsi que toutes les innovations liées à la ville augmentée la poursuivent et l’amplifient. Si la rue a été de tous temps un espace de rencontre, un lieu public, elle est désormais aussi un lieu de vie privée de même qu’elle pénètre, sous diverses formes, dans les intérieurs. La rue est la scène par excellence de la vie quotidienne. Lieu total où tout conflue : ­ richesse et pauvreté, crimes et distractions, mendiants et dealers de drogue, fous et prédicateurs, jongleurs et politiques, prostituées et hipsters ;­ laboratoire où la mode se renouvelle, territoire où l’énergie sociale circule, espace où se déploient les libertés de la nuit, le tragique de la vie et les emplettes du jour, la rue est le théâtre d’un monde où œuvres et spectateurs, sujets et objets, villes et corps, avant­-gardes et masse, intime et extime se mélangent.
De quels rapts amoureux et de quels complots les plaques des rues conservent-elles le secret ?

Texte à retrouver dans son intégralité sur http://www.lescahiers.eu/blog/call-for-papers-cei8-la-rue

Les cahiers européens de l'imaginaire

L’article du Dr Marcel Saucet sur le street marketing dans les cahiers européens de l’imaginaire