Accueil / La Politique et le Marketing ? Indissociable !
Donald Trump, USA Elections

La Politique et le Marketing ? Indissociable !

Bientôt les élections ! En France… aux Etats-Unis… c’est le moment de lancer des chroniques régulières sur l’influence du marketing sur la politique. Ou sur les faits de société dont cette dernière s’empare… avec l’aide du marketing.

A ce propos, un grand évènement est organisé le 13/10/2016 à Paris, où il sera justement question de marketing politique. Marcel Saucet et Virginie Martin interviendront pour votre plus grand plaisir. Cela va être passionnant ! Le lieu et les conditions d’inscriptions vous seront dévoilés très prochainement… alors n’hésitez pas à nous lire régulièrement, voire même à nous manifester votre intérêt pour ce thème !

 

DONALD TRUMP OU L’EFFET PAPILLON : LE CHAOS MARKETING

Interview du 02/09/2016

 

Donald Trump persistait hier matin et fonçait dans son mur entièrement financé par l’état mexicain. De retour d’Australie et des USA, en France aujourd’hui … j’ai pu déceler dans certaines conversations un point commun assez surprenant entre ces trois pays : un mépris profond et quasi proverbial pour Donald Trump. Or, si les gens le détestent autant, c’est parce que M. Trump maîtrise et pratique le chaos marketing, un concept inventé par Thomas Peters dans les années 80 ; il s’agit de la théorie du chaos appliqué au marketing, à la commercialisation des produits, des services ou des idées politiques.

 

Qu’est que la théorie du chaos ?

Pour faire simple, si les conditions initiales d’un système changent de manière infime, tout le système est changé de manière profonde. Pour qui a vu le film Jurassic Park, de Steven Spielberg, l’exemple de l’ » Effet papillon » de Lorenz l’illustre de la manière suivante : « Si un papillon bat des ailes à Tokyo, cela modifiera le temps à Mexico ». L’effet papillon montre bien le phénomène de sensibilité aux conditions initiales que Donald Trump utilise dans tous ses discours. Avec un mot de trop, ou un slogan bien trouvé, il bouleverse le système politique et dicte l’actualité.

 

En marketing, les modèles linéaires de prédiction du business se caractérisent par une constante recherche de l’équilibre, comme en témoignent les noms donnés, dans le jargon commercial, à des termes fondamentaux : fidélité du consommateur, achats routiniers, cycle de vie, etc. ». Donal Trump, en bon business man, n’est pas fidèle, n’est pas routinier, et ne suit aucun cycle. Il ne se montre pas fidèle à la raison politique : c’est son cheval de bataille. Donald est le cornard du politiquement correct, raillant le physique de ses adversaires.  Trump n’est pas un homme routinier. Il veut interdire l’Amérique aux musulmans, geste d’une immense portée symbolique. Donald Trump connait trop bien les cycles de vie de produit pour les respecter. Lui qui a passé sa vie à lancer des actions commerciales dans l’immobilier, il sait que dans le marketing, toute action correspond une réaction, ou une rétroaction. Il joue l’effet de surprise, ne veut pas négocier avec Cuba et Castro, mais est prêt à discuter volontiers avec Poutine.

 

Le chaos marketing se caractérise par son instabilité, sa sensibilité aux conditions initiales, son imprévisibilité. Trump ne détermine pas la causalité d’un programme électoral comme le rêve Hilary ; il ne façonne pas un modèle de société pour exercer un contrôle central comme le souhaitent ses conseillers en communication. Le candidat des Républicains se contente de perturber le modèle des campagnes américaines : des modifications sensibles en jouant sur l’attaque des barons de la drogue mexicains alors qu’il souhaite que le Mexique construise un mur, ou encore une renégociation de traités avec la Chine, ou bien même des innovations protectionnistes pour protéger les travailleurs américains (lui qui pourtant est un tycoon libre échangiste !), autant de mouvements sporadiques qui empêchent tout positionnement ou stratégie à long terme et qui créent des tumultes immédiats sur twitter.

 

Le « marketeur » qu’est D. Trump, se retrouve finalement à tester différentes variables depuis des mois : il recherche les réticences aux changements de ses partisans face à ce monde qui leur échappe, comme dirait la politologue Virginie Martin. Il survole les débats télévisés en écrasant ses adversaires à coup de bons mots, après 14 années passées à jouer ce rôle au sein de réality shows – Contrairement à Hillary Clinton, qui passe des heures avec des spins doctors pour se préparer à l’attaque de l’imprévisible maverick lors des trois prochains débats télévisés-.

 

Imprévisibilité, sensibilité aux conditions initiales, mouvements sporadiques, tumultes immédiats … Nous avons bien ici tous les éléments du chaos marketing.

 

De là à dire que Trump c’est le chaos … Il n’y a qu’un pas.

 

 

docteur marcel saucet specialiste en street marketing

Marcel Saucet