Accueil / Le Street Marketing™ s’invite à l’ONU pour promouvoir le développement durable !

Le Street Marketing™ s’invite à l’ONU pour promouvoir le développement durable !


Le vendredi 30 mai 2014, Marcel Saucet, professeur chercheur à l’université de San Diego et auteur du livre « Street Marketing™ » est intervenu durant une quinzaine de minutes au siège mondial de l’ONU à New-York, pour délivrer un speech sur le Street Marketing ™ et le développement durable.

Sur le blog Street and Marketing, vous avez pu découvrir à de nombreuses reprises des actions de Street Marketing™ engagées visant à réveiller les consciences. Investissant la rue afin de communiquer au plus près de sa cible, le Street Marketing™ s’est révélé être une arme précieuse de la communication engagé. Les grandes ONG se tournent désormais vers ce moyen de communication alternatif afin de sensibiliser les gens sur les enjeux décisifs du 21ème siècle.

L’intervention à l’ONU du 30 mai dernier s’est donc axée sur l’impact que pouvaient avoir le Street Art et le Street Marketing™ sur la compréhension des problèmes climatiques. Une opération de Street Marketing™, réalisée à Paris par le laboratoire de conseil et formation www.lcaconseil.net, a donc été présentée devant la mission diplomatique française, des PDG de multinationales, des créateurs de mode, des agences de publicité, des ONG et le Conseil Mondial des Peuples pour les Nations Unies (WCPUN).

L’action de Street Marketing™ réalisée à Paris se présentait sous la forme d’une œuvre de Painting 3D représentant la fonte des glaces. La place Beaubourg était donc témoin d’une œuvre de Street Art mêlant art graphique et communication engagée. Les différents passants avaient donc l’occasion de se prendre en photo sur les vestiges de glace que présentait alors la célèbre place Parisienne, et de montrer leurs engagements dans la lutte contre le réchauffement climatique (Take a picture to fight #ClimateChange). Engager et sensibiliser, le Street Marketing revêt ici ses plus belles lettres de noblesse. L’ONU ne s’y est pas trompée.