Accueil / Payez avec vos sourires : l’ambient marketing comme nouveau business model !

Payez avec vos sourires : l’ambient marketing comme nouveau business model !

En décembre 2014, le Teatreneu Club de Barcelone a décidé, en riposte directe aux nouvelles taxes du gouvernement sur les billets de spectacles, de tester un nouveau mode de paiement pour les spectateurs : payer en fonction du nombre de fois où ils ont ri et souri pendant la pièce de théâtre.

L’entrée pour le spectacle était donc gratuite, avec un tarif unique fixé à 0,30€ par sourire ou rire. Ce modèle de paiement a été rendu possible grâce à un système de reconnaissance faciale via des tablettes installées au dos des fauteuils. Cette technologie détecte les sourires sur les visages des spectateurs et les comptabilise pour établir la note finale (sans dépasser les 26€).

Pour l’heure, le modèle semble fonctionner pour les comédiens Espagnols puisque selon le Teatreneu Club, ce mode de paiement innovant a permis de faire bondir le nombre de spectateurs de 35%. Le théâtre s’est également rendu compte que le prix moyen au ticket avait augmenté de 6,60€ grâce aux rires des spectateurs. Mais cela n’a pas semblé poser problème puisqu’ils avaient réellement apprécié le spectacle, et donc payé à sa juste valeur.

102078446-pay-per-laugh.1910x1000

On pourrait bien sûr être facilement tentés de penser qu’il ne s’agit que d’une tactique marketing de plus pour attirer des visiteurs curieux, plutôt qu’une démarche de création d’un nouveau business model solide. C’est pourquoi, de nombreux débats ont été lancés notamment à propos de la définition exacte du rire et de ce qui peut être réellement comptabilisé comme tel. Où se trouve la frontière entre un vrai rire amusé et un rire sarcastique ?

Cependant, le système du paiement au rire est une vraie avancée technologique basée sur les retours « physiques » apparents de l’efficacité d’un spectacle. Il n’y a que peu de risques pour les spectateurs puisqu’ils savent qu’ils ne paieront pas plus de 26€, et qu’ils ne paient que s’ils rient.

Pour aller plus loin, les informations collectées par des récepteurs sur les réactions du corps humains soumis à différents stimuli pourraient permettre de développer un nouveau modèle de paiement : notre esprit nous indique le montant à payer par « convention », mais notre corps traduirait le prix exact que nous sommes prêts à payer.

Maeva Hengy
maeva.hengy@orange.fr